Your browser is out-of-date.

In order to have a more interesting navigation, we suggest upgrading your browser, clicking in one of the following links.
All browsers are free and easy to install.

 
  • in vitruvius
    • in magazines
    • in journal
  • \/
  •  

research

magazines

architexts ISSN 1809-6298


abstracts


how to quote

SILVA, Kleber Pinto. L’idee de fonction pour l’architecture: l'hopital et le XVIIIeme siecle – partie 6/6. Fonction, est-elle un concept?: apprendre de Tenon et considérations finales. Arquitextos, São Paulo, dates.year 02, n. 019.05, Vitruvius, dates.dec 2001 <http://www.vitruvius.com.br/revistas/read/arquitextos/02.019/823/fr>.

Nous voyons ici que Tenon ne pensait pas à établir un modèle formel unique pour les hôpitaux puisqu’il était entièrement conscient que les différents “scénarios“ ou “environnements“ peuvent apporter de modifications considérables à la conception de l’espace. Autrement dit, il était conscient de la singularité des solutions spatiales et des dangers que la reproduction des plans pourrait produire. Toutefois il proposa un manuel en tant que guide normatif et en tant que recueil procédural qui comparaissent comme aide à la conception architecturale. Avec son manuel, Tenon lança les bases de ce qu’on appelle aujourd’hui la programmation architecturale, établissant ainsi les caractéristiques minimales de l’édifice hospitalier tant au niveau du micro qu’au niveau du macro.

Après avoir étudié soigneusement la vie hospitalière dans tous ses états, il proposa les dimensions minimales des différents compartiments de l’hôpital ayant une visée très précise sur les gestes de toutes les populations de l’hôpital. Cela signifie qu’il avait un véritable regard d’ergonome puisque “les dimensions des salles ne sont pas arbitraires, elles sont dans la nature, comme tout ce qui a rapport aux Hôpitaux; elles se déduisent esentiellment de la stature de l’homme, de la nature de ses maux, du climat qu’il habite, & d’une certaine économie dans le service“ (2). A ce sujet, il dit ensuite que “la stature de l’homme amène naturellement la longueur du lit, qui, parmi nous, doit-être de six pieds, …; comme on doit en mettre deux files par salle, & seulement deux, pour les raisons qu’on a données, ce sont déjà douze pieds ; on laissera un demi-pied entre le chevet, & les murs des longs côtés, afin de prévenir les dangereux effets de l’humidité & du froid de ces murs sur les malades, & afin d’entretenir plus aisément la propeté derrière les lits: voilà treize pieds; enfin on donnera douze pieds au passage du milieu pour y transporter les files des lits dans les cas où il faudra nétoyer à fond [...]. La stature de l’homme, & le besoin du service déterminent donc la largeur des salles à vingt-cinq pieds“ (3).

On voit que son raisonnement sur l’espace est entièrement lié à la réflexion sur le concret des gestes et des mouvements pendant la réalisation de tâches visant l’accomplissement intégral et idéal du service hospitalier, quelque soit la condition de l’usager: patient ou personnelle. Outre les compartiments destinés aux patients, il détailla aussi les compartiments à l’usage de tout le personnel, ainsi que le mobilier et l’outillage nécessaire aux divers services. Il s’efforça aussi de décrire plusieurs procédures liées aux soins des patients.

Pour tout cela, il est possible de lire des compliments aux mémoires produits par Tenon qui souvent lui consacrent l’adjectif “moderne“, non sans raison car dans ses travaux il plaça l’hôpital au centre de l’activité médicale en même temps qu’un équipement public et urbain, au sens contemporain. Du côté de l’architecture, avec ses recommandations sur les caractéristiques formelles de l’espace il fournit un recueil précieux comme aide aux architectes. Catherine Fermand (4) arrive même à affirmer que Tenon serait le responsable pour la rénovation de l’architecture des hôpitaux ainsi il comparaissait comme une sorte de fondateur d’une architecture hospitalière. Cependant, sa modernité va au-delà de ce qui a été dit sur lui car outre les plans et les recommandations que l’on peut recueillir dans ses mémoires, on s’aperçoit qu’il y a un certain raisonnement spécial et c’est cela qu’il faut que nous considérions aussi comme moderne. Voyons cela. Pour qu’il puisse établir ses analyses, il a fallu que Tenon étudie, comme nous l’avions dit, les gestes et les mouvements pendant l’accomplissement des tâches, ceci nous dévoile le raisonnement d’un ergonome qui cherchait l’universel à partir du déroulement des activités qui se cachait derrière l’accomplissement des tâches, mettant en rapport direct l’outillage, le mobilier, l’usage et, finalement, l’homme.

Autrement dit, Tenon développa une méthode universelle pour “lire“ l’espace à partir des activités de l’homme pendant l’exécution des tâches. Son travail nous est important pour celapuisqu’en amont du projet architectural il existe la programmation qui n’est jamais arbitraire, elle est tributaire de l’usage qui à son tour sera aperçu seulement à partir de l’analyse approfondie des activités. En synthèse, Tenon nous fournira des recommandations (données?) directes pour la conception, mais une méthodologie analytique universelle qui nous aidera à comprendre les hôpitaux (aussi bien que n’importe quelle typologie) non plus comme un fait accompli, ou comme un simple objet formel, mais tel un processus que l’on peut décoder par approches successives. Il nous apprendra «l’outil » indispensable pour que l’on puisse voir au-delà de la forme. Ceci dit, on peut dire qu’il ne fonda pas une architecture hospitalière, mais un nouveau regard porté sur l’architecture, spécialement en ce qui concerne le processus de conception architecturale qui fut sa préoccupation de base. Et sur cette visée le travail de Tenon pourra être entendu comme étant complémentaire à celle de Boullée (dans l’ouvrage mentionné antérieurement) sur ses réflexions à propos de l’architecture et de la composition ou de la conception architecturale car ceci ne développa pas les questions concernant la catégorie des fonctions.

Il est indéniable qu’au fur et à mesure que Tenon développa ses recherches essayant d’expliquer l’hôpital par le biais des activités, il a forcement travaillé avec la catégorie des fonctions. Nous pouvons même dire que cette catégorie orientait son parcours en tant que chercheur. De même que l’on peut dire qu’il avait une démarche fonctionnaliste (5) vis-à-vis de l’espace puisqu’il était clair que dans son raisonnement sur l’hôpital il essayait de mettre en rapport l’ensemble de variables concernant le travail ou l’usage de l’espace sur les points de vues, en même temps,du médecin, de l’équipe de soins, des patients, en somme, de l’ensemble de population concernée par l’hôpital. Liée à cette visée sur le “travail“ ou usage, comparaissait aussi une inquiétude permanente avec une économie de l’espace, c’est à dire, une démarche qui cherchait à dévoiler les minima spatiaux ou la meilleure solution d’un compartiment, par exemple,considérant les plus petites dimensions admises par rapport à l’accomplissement des activités et les plus bas coûts d’exécution et d’entretien.

Revenons au parcours méthodologique de Tenon. En gros, dans ses mémoires, il a initialement répertorié l’ensemble des hôpitaux parisiens pour passer ensuite à les décrire minutieusement. Si l’on regarde son parcours avec plus de détail, nous nous apercevrons qu’il a premièrement effectué une sorte de bilan des services (capacité d’accueil, services effectivement dispensés, outillages, mobiliers) passant à l’interprétation de ses données à l’égard des techniques médicales et chirurgicales de son temps. En même temps qu’il interprète les données, il réalisa l’évaluation soigneuse du complexe: espace, service, routine. D’après l’interprétation et l’évaluation des données brutes, il commença à établir les rapports: d’un côté, il critiqua profondemment les hôpitaux existants pointant chacune des erreurs, d’un autre côté, il proposa ses recommandations: les règles de compositition architecturale comportant les minima spaciaux, des normes de soin et des normes pour le personnel.

C’est dans le chapitre des règles de composition architecturale que l’on trouvera la contribution moins connue de son travail et peut-être la plus importante sur le sujet que nous travaillons ici. Analysant chacun des compartiments de l’hôpital et le déroulement des soins, ayant une visée précise sur les activités, il décoda l’ensemble des relations établissant ainsi des rapports numériques pour les divers éléments observés. Ceci employant le raisonnement mathématique et géométrique, révolutionnaire de l’époque. C’est cela que l’architecte Poyet traduisit dans les exemples d’espaces présentés dans les Mémoires.

Comme nous avons dit ci-dessus, Tenon travailla avec les catégories des fonctions mais dans aucun point de son ouvrage il arriva à les décrire, voir, conceptualiser. En dépit de cette absence, nous pourrons dévoiler parmi le parcours qu’il a montré dans son ouvrage quelques éléments utiles à la définition d’un concept. Ceux-ci nous pouvons le dévoiler un peu partout dans son ouvrage mais spécialement dans les moments où il analysa directement l’espace et qu’il proposa les minima spatiaux. Voyons. Parmi toutes les analyses, ainsi que parmi ses propositions, nous trouverons un point commun. Ce “point“ n’est pas un concept, mais une idée, un raisonnement, un regard spécial porté sur l’espace. Une visée, donc, qui cherchait à réunir architecture et médecine par la médiation de l’usage. Pour qu’il puisse accomplir son travail il choisit un des éléments générateurs (point de départ et d’arrivée) des rapports avec l’espace: les activités. Non pas les routines, non pas la réalisation des tâches, mais l’élément à l’origine de toutes deux. C’est à travers cette visée sur les activités que nous trouverons l’élément qui nous intéresse particulièrement et qui nous aidera à construire une idée plus précise sur le terme fonction.

D’abord, il nous faudra laisser de côté la compréhension courante, et péjorative, de fonction comme élément formel, comme un « style ». Deuxièmement, pour mieux appréhender l’espace, on n’essayera pas de construire un concept. Ensuite, il nous faudra, tel que Tenon avait fait, se laisser guider dans l’espace ayant deux questions en tête: quelle est le mode et quel est l’espace idéal dans lequel mieux se déroulent les activités prévues ou souhaitées. Les données résultantes de la réponse à cette requête pourront être décrit comme l’espace que pourra être défini comme disposant les qualités de fonctionnel. C’était cette idée, à la fois un objectif et élément de recherche, que Tenon chercha et que nous devrons restituer comme une des démarches essentielles de la conception architecturale. Voyons, inutile d’aller chercher plus loin, le terme fonction désigne alors un complexe d’idées qui ne pourront jamais être saisi comme un concept objectif puisque c’est une catégorie, dispositif méthodologique, donc.

Derniers mots

A partir de l’ensemble de précisions faites jusqu’à présent, on constate que le sens contemporain, couramment donné à fonctionnel et fonctionnalisme ne reflèterai pas les éléments de la conception architecturale avec l’amplitude nécessaire. Aujourd’hui ces mots ont pris des nuances péjoratives, déroulement d’une interprétation tendancieuse des paradigmes d’une époque qui produisit l’appauvrissement d’un véritable complexe d’idées en leurs transformant un “mot d’ordre” qui les traduisaient comme étant une esthétique datée et déterminée. Résultat, peut être, d’une lecture déformée des idées illuministes qui produisit un genre d’architecture nommée “froide“, “impersonnelle“, “pauvre“. Peut-être est-il temps de substituer les adjectifs “fonctionnel” et “fonctionnaliste” par quelque de chose plus substantif, telle que, si l’on parle de conception architecturale, catégorie fonction ou des fonctions, réhabilitant ainsi un ensemble conceptuel très cher à l’architecture, en même temps que l’on octroie son véritable sens et son importance.

Pour résumer et pour répondre aux questions posées au début de ce travail nous pouvons décomposer dans l’ordre suivant les différentes phases de cet exposé:

“Fonction“, tel le sens que nous pouvons dévoiler d’après l’ouvrage et les enseignements de Tenon, un dispositif méthodologique que nous définirons comme catégorie projetuelle.

Catégorie essentielle puisqu’elle représente l’un des caractères le plus immédiat et le plus palpable des objets architecturaux, saisi par la perception au courant de l’usage.

Dans le sens d’une méthodologie, on peut dire que pendant le XVIIIèmè siècle il a eu un fonctionnalisme dans la mesure ou la pensée de l’époque se dévouait à saisir la nature telle qu’elle se présentait.

L’importance des travaux menés par Tenon est multiple. La première, et en accord avec plusieurs auteurs, il fut l’un des fondateurs d’une architecture moderne hospitalière. La seconde, il nous apprendra, avec son raisonnement, à travailler avec les sujets (thèmes, typologies) architecturaux. Autrement dit, il nous apprendra une méthodologie pour que l’on puisse bien travailler avec la catégorie fonction au sein de la conception architecturale.

notes

1
Une partie de cette étude a été présentée dans le Congreso Internacional: el futuro del arquitecto (Mente, Territorio, Sociedad); UPC/DEP. Projectes D’arquitectura; Barcelona, España, 7-11 de junio 2000 sous le titre: L’hôpital, ou la fonction dans l’architecture. L’étude ici présentée a été divisée en six parties. Chacune d’entre elles pourra être lue indépendamment puisque dans chacune des sections sont développés de différents sujets. Cependant, pour mieux comprendre le sujet de base, c’est à dire, la discussion d’une idée de fonction en particulier et son appropriation pour l’architecture, le lecteur devra avoir en tête qu’un tel sujet est développé tout au long des six parties. La sixième partie comprend les conclusions formulées pour cette étude ainsi que la bibliographie parcourue. Les autres parties de cette étude son:

SILVA, Kleber Pinto. "A idéia de função para a arquitetura: o hospital e o século XVIII – parte 1/6. Considerações preliminares e a gênese do hospital moderno: Tenon e o Incêndio do Hôtel-Dieu de Paris". Arquitextos, n.009. Texto Especial nº 060. São Paulo, Portal Vitruvius, fev. 2001 <www.vitruvius.com.br/arquitextos/arq000/esp052.asp>.

SILVA, Kleber Pinto. "A idéia de função para a arquitetura: o hospital e o século XVIII – parte 2/6. A gênese do hospital moderno: saberes, práticas médicas e o hospital". Arquitextos, n. 010. Texto Especial nº 060. São Paulo, Portal Vitruvius, mar. 2001 <www.vitruvius.com.br/arquitextos/arq000/esp060.asp>.

SILVA, Kleber Pinto. "A idéia de função para a arquitetura: o hospital e o século XVIII – parte 3/6. Disciplina ou formação do pensamento: a Razão das Luzes, Tenon e o hospital". Arquitextos, n. 012. Texto Especial nº 070. São Paulo, Portal Vitruvius, maio 2001 <www.vitruvius.com.br/arquitextos/arq000/esp070.asp>.

SILVA, Kleber Pinto. "A idéia de função para a arquitetura: o hospital e o século XVIII – parte 4/6. Disciplina ou formação do pensamento: modelar o olhar, modelar o espaço". Arquitextos, n. 014. Texto Especial nº 085. São Paulo, Portal Vitruvius, jul. 2001 <www.vitruvius.com.br/arquitextos/arq000/esp085.asp>.

SILVA, Kleber Pinto. "A idéia de função para a arquitetura: o hospital e o século XVIII – parte 5/6. Função, um Conceito?: Função x Funcionalidade x Funcionalismo". Arquitextos, n. 016. Texto Especial nº 095. São Paulo, Portal Vitruvius, set. 2001 <www.vitruvius.com.br/arquitextos/arq000/esp095.asp>.

SILVA, Kleber Pinto. "A idéia de função para a arquitetura: o hospital e o século XVIII – parte 6/6. Função, um Conceito?: Aprendendo com Tenon e Considerações Finais". Arquitextos, n. 019. Texto Especial nº 111. São Paulo, Portal Vitruvius, dez. 2001 <www.vitruvius.com.br/arquitextos/arq000/esp111.asp>.

2
TENON, J., op. cit., p. 186

3
Ibidem

4
FERMAND, C., Les hôpitaux et les cliniques : architectures de la santé, Paris, Le Moniteur, 1999, p. 20

5
Rappelons qu’il ne faut pas traduire ce « fonctionnaliste » comme une esthétique

références bibliographiques

ANTUNES, J. L. F. Hospital. instituição e história social, São Paulo, Letras & Letras, 1991, 168 p.

ARGAN, G. C., Arte moderna, São Paulo, Cia. das Letras, 1992. 709 p.

BOULLÉE, E.-L., Arquitectura. Ensayo sobre el arte, Barcelona, Gustavo Gili, 1985, 162 p.

CASSIRER, E., A filosofia do iluminismo, Campinas, Editora da UNICAMP, 1992, 472 p.

DIDEROT & D’ALEMBERT, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, São Paulo, Editora UNESP, 1989 (édition bilingue), 188 p.

FERMAND, C.. Les hôpitaux et les cliniques : architectures de la santé, Paris, Le Moniteur, 1999, 287 p.

KAUFMANN, E.. La arquitectura de la ilustración, Barcelona, Gustavo Gili, 1974, 416 p.

LEUTHÄUSER, G. & GÖSSEL, P., Funktionale architektur: der internationale stil, Köln, Benedikt Taschen, 1990, 399 p.

RIBEIRO, H. P., Hospital: história e crise, São Paulo, Cortez, 1993, 135p.

FOUCAULT, M., Naissance de la clinique, Paris, Presses Universitaires de France, 1997, 214 p.

_____________, Surveiller et punir. La naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 360 p.

RIQUIER, S., “Avant-propos” in Mémoires sur les hôpitaux de Paris, Paris, Doin/Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, 1998, 11 p.

STAROBINSKI, J., 1789, os emblemas da razão, São Paulo, Cia. das Letras, 1988, 206 p.

TENON, J., Mémoires sur les hôpitaux de Paris, Paris, Doin/Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, 1998, 472 p.

bibliographie

ARGAN, G. C., El concepto del espacio arquitectónico desde el barroco a nuestros días, Buenos Aires, Nueva Visión, 1979. 191 p.

BANHAM, R., Teoria e projeto na primeira era da máquina, São Paulo, Perspectiva, 1979, 515 p.

CISNEROS, M. Z., “Manual de historia de los hospitales” in Revista de la Sociedade Venezoelana de Historia de la Medicina, Caracas,2 (4), 1954, p. 5-198

COLLINS, P., Los ideales de la arquitectura moderna; su evolucion (1750-1950), Barcelona, Gustavo Gili, 1973, 321 p.

COLQUHOUN, A., Arquitectura moderna y cambio historico. ensayos 1962-1976, Barcelona, Gustavo Gili, 1978, 190 p.

CORBIN, A., Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginire social XVIIIe – XIXe siècles. Paris, Flammarion, 1986, 336 p.

FRAMPTON, K.. Historia crítica de la arquitectura moderna, Barcelona, Gustavo Gilli, 1991, 375 p.

FRANCASTEL, P., Art et technique, Paris, Denoël/Gonthier, 1979, 455 p.

GIEDION, S., Espace, temps, architecture, Paris, Denoël/Gonthier, 1978, 745 p.

GREGOTTI, V., Território da arquitetura, São Paulo, Perspectiva, 1975, 188 p.

KOPP, A., Quando o moderno não era um estilo e sim uma causa, São Paulo, Nobel, Edusp, 1990, 253 p.

KRIER, R., On architecture, London, Academy Editions, NewYork, St. Martin's Press, 1982. 96 p.

LE CORBUSIER, A carta de Atenas, São Paulo, Edusp, Hucitec, 1989.

______________, Por uma arquitetura, São Paulo, Perspectiva, 1977, 206 p.

PERRIAULT, J., La logique de l’usage, Paris, Flammarion, 1989, 254 p.

PEVSNER, N., Historia de las tipologias arquitectonicas, Barcelona, Gustavo Gilli, 1980, 449 p.

PINTO SILVA, K.. As atividades, as rotinas e os padrões para o projeto de hospitais: conforto térmico, lumínico e acústico. Salusvita, n. 1, v. 17, p. 185-202, 1998. Bauru: Editora da Universidade do Sagrado Coração, 1998.

__________. Apprehender, creer, enseigner : réflexion sur une approche possible - la conception architecturale et les sciences de la cognition. In : Anais Séminaire international AISE/IASSP-ENAU, "Intersémioticité de l’espace architectural, en son être, son paraître et sa fiction". Sidi Bou Saïd: Ecole Nationale d’Architecture, Université du 7 Novembre de Carthage, mai 2001.

__________, Hospital, arquitetura: uma história. Sinopses, n. 33, jan./juin, p. 41-73, 2000. São Paulo: FAU, USP, 2000.

__________., Hospital, espaço arquitetural e território (thèse doctorale, Faculdade de Arquitetura e Urbanismo, Universidade de São Paulo), São Paulo, 1999, 244p.

__________,. O projeto de hospitais: considerações fundamentais. O Mundo da Saúde, v. 19, n. 1, jan.-fev., p.12-15, 1995. São Paulo: União Social Camiliana, 1995.

ROSEN, G., Uma história da saúde pública, São Paulo, HUCITEC/Editora Unesp/ABRASCO, 1994, 423 p.

ROSSI, A., La arquitectura de la ciudad, Barcelona, Gustavo Gili, 1971, 231 p.

RYKWERT, J., La casa de Adán en el paraíso, Barcelona, Gustavo Gili, 1974, 252 p.

TAFURI, M., Teorias e história da arquitectura, Lisboa, Presença, 1979, 293 p

THOMAS, K., O homem e o mundo natural: mudanças de atitude em relação às plantas e aos animais (1500-1800), São Paulo, Cia. Das Letras, 1988, 454 p.

THOMPSON, J. D. & GOLDIN, G., The hospital: a social and architectural history, New Haven, Yale University Press, 1975, 349 p.

VEN, C. van de, El espacio en arquitectura: la evolución de una idea nueva en la teoría e historia de los movimientos modernos, Madrid, Cátedra, 1981.

WINGLER, H. M., La Bauhaus, Barcelona, Gustavo Gilli, 1980, 585 p.

a propos de l'auteur

Kleber Pinto Silva. Architecte ; Docteur ès Architecture (FAU/USP, 1999) ; Professeur Assistant-Docteur auprès du Département d’Architecture, UNESP, Brésil et Chercheur-Associé auprès du LA/A Laboratoire Architecture / Anthropologie, Ecole d’Architecture de Paris-La Villette.

comments

019.05
abstracts
how to quote

languages

original: português

others: français

share

019

019.00 editorial

Aos mestres, com carinho

Abilio Guerra

019.01

Repensando o Barroco americano

Ramón Gutiérrez

019.02

Cobija

Arquitetura e Urbanismo na Amazônia Boliviana

Victor Hugo Limpias Ortiz

019.03

Da Carta de Atenas à Carta do Novo Urbanismo

Qual seu significado para a América Latina? (1)

Clara Irazábal

019.04

Trabalhar a intempérie

Cristina Jorge Camacho

019.06

Equipamento, serviços e funcionalidade da cidade de Curuzú Cuatiá na Província de Corrientes (1797-2000)

Oscar Ernesto Mari

019.07

Cultura e habitação: revitalizando a área portuária do Rio de Janeiro

Evelyn Furquim Werneck Lima

newspaper


© 2000–2019 Vitruvius
All rights reserved

The sources are always responsible for the accuracy of the information provided